PRESSE

DÉCOUVREZ LE RÉALISME SONORE MAGIQUE DE JUAN ARROYO


Juan Arroyo estrena en Túnez su cuarteto híbrido Smaqra

Par Ruth Prieto

Publié le 24 Janvier 2017

>En savoir plus…

Capture d’écran 2017-01-30 à 18.37.09


Juan Arroyo et Jeanne Maisonhaute invités de Tapage Nocturne/ France Musique

Par Bruno Letort
Publié le 24 Janvier2017

>En savoir plus…

Capture d’écran 2017-01-30 à 18.27.29


Díario El Peruano/Un Peruano en Academia Francesa

Par Ernesto Carlín Gereda
Publié le 28 Juin 2016

>En savoir plus…

20160628

20160628


Bachtrack/Juan Arroyo et la composition pour quatuor à cordes hybride

Par Fabien Houles pour Bachtrack
Publié le 1 Avril 2016

>En savoir plus…

Capture d’écran 2016-04-03 à 21.18.36


Luces-El Comercio/El compositor peruano que reinventa la música electroacústica

SMAQRA: l’émergence du quatuor à cordes hybride/IRCAM Forumnet

Par Juan Arroyo
Publié le in 15 Janvier 2016
>En savoir plus…

Capture d’écran 2015-10-14 à 16.54.32


KLARA Radio/Le meilleur du Festival Transit 2015

Ensamble LAPS et Jeanne Maisonhaute
Par Late Night,

Publié le 24 de Novembre 2015

à la minute 28

>En savoir plus…

Capture d’écran 2016-05-27 à 17.11.39


Musique classique & Co/Découvrir la musique contemporaine

Ensemble Regards: Récital de Jeanne Maisonhaute, violoncelle
Par Thierry Vagne pour Musique classique & Co
Publié le 11 Decembre 2015
>En savoir plus…


Entrevista/Lo contemporáneo se reinventa día a día

Par Ruth Prieto pour El Compositor habla
Publié le 22 Septembre 2015
>En savoir plus…


Le Soir/Le Quatuor Tana et ses instruments mutants

Par Serge Martin dans le journal Le Soir, « Belgique »
Mis en ligne

>En savoir plus…


France Musique/Le Magazine de la Contemporaine

Par Arnaud Merlin
Le reportage de Pierre Rigaudière pour le Magazine de la Contemporaine
Les instruments hybrides : Juan Arroyo rencontre le Quatuor Tana
Publiéle 9 Février 2015
>En savoir plus…


Diapason/Jeu de masques

Par Bertrand Boissard dans le journal Diapason

jeuxdemasques


Quatuor Hybride – Naissance d’une liberté nouvelle

Par Alonso Almenara
Publié le 14 Janvier 2015
>En savoir plus…


La Mula/Juan Arroyo: el más radical de los compositores peruanos

Par Alonso Almenara pour La Mula.
Publié le 15 Novembre 2014
>En savoir plus…


Vincent Trollet Blog/Concert de l’Itinéraire

Par Vincent Trollet
Publié le 3 de Octobre 2014
>En savoir plus…

« Comme Tristan Murail, Juan Arroyo parvient à déjouer l’écoute, dans sa composition Sismo, avec comme différence, de ne pas user des moyens offerts par l’électronique. L’autre point commun est qu’il parvient, grâce à une inventivité indéniable dans l’ orchestration, à créer une forme minérale que tailladent et lacèrent des gestes « uppercut ». »

Capture d’écran 2016-05-27 à 17.31.55


Ser peruano/Se estrenará el primer cuarteto de cuerdas de Juan Arroyo

Par Alonso Almenara
Publié le 14 de Octobre 2013

En savoir plus…


ANACLASE/Journées de la composition

Par Jorge Pacheco
Publié le 7 Octobre 2011
>En savoir plus…

Capture d’écran 2016-05-27 à 15.51.28


Spray-Works by Nicola Evangelisti, Andrea Sarto, Agostino Di Scipio, Kees Boeke, Juan Arroyo, Fausto Romitelli, Aaron Einbond and Pasquale Corrado

Par Claudia Maria Korsmeier

21649_10201853131269089_710349541_n


PHILIPPEDANEL.COM/ON VA À ROYAUMONT COMME ON VEUT, À PIED… (18/09/10)

Par Philippe Danel in philippedanel.com

« Juan Arroyo, compositeur péruvien né en 1981, dont le parcours académique, du Conservatoire national de musique du Pérou au CRR de Bordeaux, m’a d’abord fait craindre qu’il ait pu perdre en route une originalité favorisée par son éloignement des foyers de la musique contemporaine, est des quinze compositeurs, celui qui m’aura le plus convaincu. Premier dans la présentation alphabétique qu’en donne le programme, dernier interprété, il nous a donné à entendre une Partita, pour onze joueurs, pardon instrumentistes, « suite de gestes inspirés du sport populaire qu’est le football « . Qui à certains moments m’est apparue comme la transmutation musicale de ces gestes tels que les auraient enregistrés un micro placé à l’intérieur même du corps des joueurs, favorisant les bruits de corps, de souffles, gommant les cris, les hurlements de la foule. À d’autres, comme celle des trajectoires de ces balles qui, dans quelque jeu vidéo, arrivent de tous côtés, de plus en rapidement, et qu’il s’agit de renvoyer. Transmutation qui, ici comme chez Groven – où elle semble à double sens, illusion d’entendre des sons instrumentaux se muant en sons de nature se muant à leur tour en sons instrumentaux, illusion car ce sont toujours des instruments qui les produisent – dépasse le caractère gratuit qu’elle peut avoir ailleurs. Fécondité, imagination du compositeur suscitant celle de l’auditeur, qui échappe heureusement au contrôle du compositeur. Même si celle de Juan Arroyo semble sans bornes, qui me fait attendre avec un peu d’impatience la pièce pour sextuor de flûtes à bec, sextuor de flûtes Paetzold et dispositif électronique qu’il est en train de composer. »

>En savoir plus…

Capture d’écran 2015-12-28 à 13.17.10